À propos

Le sujet !
Ce blogue s’intéresse aux vues stéréoscopiques de Québec et Montréal. Les vues stéréoscopiques sont mises en marché à partir du milieu du 19e siècle. Elles créent des images tridimensionnelles et intangibles à partir de deux photographies insérées dans un dispositif optique.


À qui s’adresse ce blogue ?
Vous êtes un spécialiste de l’archéologie des médias, un collectionneur de vue d’optique, un curieux ou un historien de l’art ? Vous vous intéressez à l’histoire des villes québécoises et à leur représentation ? Si vous avez répondu oui à une de ces questions, c’est à vous que ce blogue s’adresse. Vous y trouverez des textes courts qui retracent l’histoire des vues d’optique, des analyses précises sur des photographies ou des studios photographiques ainsi que des notes de lectures sur les publications déjà diffusées. Vous pourrez aussi consulter des annonces visant à signaler des évènements intéressants liés au sujet : expositions, parutions, conférences, etc.

Le point de départ du blogue
À travers les différents textes, ce blogue se veut un reflet des recherches en cours de Marjolaine Poirier. Ces recherches doctorales portent sur les interactions mutuelles entre les technologies de la tridimensionnalité et l’identité des villes québécoises. Plus spécifiquement, elles cherchent à démontrer que ces relations sont à double entrée : le développement d’une iconographie limitée par les caractéristiques médiales influençant l’imaginaire du lieu et les mutations de l’identité urbaine jouant un rôle dans l’élaboration des vues stéréoscopiques.

Quelques mots sur l’autrice…
Entre culture visuelle, géographie et archéologie des médias, les recherches de Marjolaine Poirier s’intéressent à la relation entre l’imaginaire des lieux et les dispositifs technologiques visant à créer une impression de trois dimensions. Réalisé à l’Université de Montréal, son mémoire de maîtrise qui portait sur les vues d’optique représentant Québec au 19e siècle a remporté le Prix de la recherche émergente du CRILCQ en 2016 et il a été publié aux Éditions Codicilles sous le titre Imaginer Québec au XVIIIe siècle : l’illusion du lieu et les vues d’optique des graveurs allemands en 2018. Ses travaux actuels, qui ont d’abord été financés par une bourse du FRQS avant d’être soutenus par une bourse Joseph-Armand-Bombardier du CRSH, se penchent sur les vues stéréoscopiques de Montréal et Québec crées entre 1850 et 1885. Ses études doctorales en histoire de l’art sont dirigées par Dominic Hardy (UQAM) et co-dirigées par Will Straw (McGill).

Lieux communs ? Les vues stéréoscopiques de Montréal et Québec, 1855-1885

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search