Qu’est-ce qu’il y a de bon dans le journal ? 21 janvier 1858

Depuis sa fondation en 1805, les pages du Quebec Mercury défendent les intérêts de la bourgeoisie anglophone conservatrice de la ville de Québec. Parmi les petites annonces qui paraissent en ce jeudi 21 janvier 1858, une retient attire inexorablement notre œil !

Elle décrit les activités du studio du peintre et photographe d’origine haut-canadienne Joseph Dynes (1825-1897) et de son associé, le photographe Samuel T. McKenney. Dans un article de la revue Cap-aux-Diamant, le conservateur en art canadien Mario Béland note cette association et il explique qu’elle sera de courte durée. Les types de photographies produites par les deux hommes sont des ambrotypes et des photographies1 qui peuvent être retouchés à l’huile. Dynes en profite d’ailleurs pour annoncer qu’il vend également des tableaux.

Quebec Mercury, jeudi 21 janvier 1858, p. 1.

Dynes et McKenney occupe le 10 rue St-Jean. Dynes s’associe avant, brièvement, avec Babin et Ellison (Ellison & Co.), le studio est alors situé sur la rue la plus luxueuse de la ville, la rue de la Fabrique.

The Quebec Mercury, jeudi 11 septembre 1856, p. 3

Durant cette période, les journaux publient une des rares publicités qui permet de comprendre que Dynes continue sa carrière de peintre et expose au 28 rue St-Jean où est alors le studio d’Ellison.

The Quebec Gazette , vendredi 30 mai 1856, p. 4.

Selon le Répertoire des photographes de Québec, 1840-1975, Dynes occupera aussi le 28 rue Couillard, de 1858 à 1859.

Durant cette époque, plusieurs studios sont logés tout près et ils passent souvent d’un photographe à l’autre. Le maintien de studio dans les mêmes locaux peut s’expliquer par les aménagements qui sont nécessaires pour que la pièce destinée aux prises de vue soit suffisamment éclairée par des puits de lumière ou des verrières.

Ainsi le 10 rue St-Jean de Dynes et McKeenny en 1857-1858 devient l’adrese de Louis-Prudent Vallée et François-Xavier Labelle, de 1867 à 1868. Vallée conservera le 10 rue St-Jean après la dissolution de son association avec Labelle. Il le quitte en 1877 pour le 18 rue St-Jean avant d’acquérir le 39 rue St-Jean en 1881. Ce même 39 rue St-Jean a été le studio d’Ellison & Co pendant quelques mois vers 1857-1858 et de Hugh McCorkindale2 en 1867, McCorkindale offre alors simultanément les services de… Dynes !

The Quebec Daily Mercury, samedi 6 avril 1867, p. 3.

Le Musée national des beaux-arts du Québec conserve quelques œuvres dues à Dynes, dont des photographies qu’il a produites dans les années 1870 et deux portraits des parents du photographe Louis-Prudent Vallée !

1 L’expression photographie désigne habituellement, durant cette période, des procédés négatif-positif.

2 McCorkindale est l’associé de Joseph Archambault de 1864 à 1867. Dès 1867, les œuvres de Dynes sont offertes au 22 rue de la Fabrique, l’adresse du studio de McCorkindale et Archambault. McCorkindale est indépendant et il publie des vues stéréoscopiques en 1867-1868. Il en crée aussi au moment de son association avec John Lewis Jones en 1868-1869. Il a travaillé pour Notman à Montréal à partir de 1869.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.