Qu’est-ce qu’il y a de bon dans le journal ? 17 janvier 1866

Pour faire écho à notre 17 janvier 2022, je cherchais un jour de tempête de neige. Nous voici donc en l’an de grâce 1866, le 17 janvier, en train de lire le Montreal Herald dans lequel nous découvrons deux nouvelles intéressantes qui permettent de mieux comprendre la culture visuelle de cette époque.

La première concerne le peintre et critique d’art Napoléon Bourassa qui offre ces services à titre d’artiste et d’enseignant.

The Montreal Herald, 17 janvier 1866, p. 1.

Bourassa semble avoir passé l’été sur les terres de sa belle-famille (Nap. Bourassa will be at Monte-Below till the 1st September, Montebello est le manoir des Papineau, Bourassa est l’époux d’Azélie Papineau, la fille de Louis-Joseph Papineau). Il vient de faire paraître, en 1864-1865, un premier roman en feuilleton dans la Revue canadienne : Jacques et Marie ; souvenir d’un peuple dispersé. Cette publicité montre qu’il offre ces services aussi bien en design qu’en peinture. Elle indique également l’adresse de son studio. Enfin, elle peut être mise en parallèle avec les autres activités d’enseignement de Bourassa qui dispense son savoir, à la même époque, dans plusieurs institutions.

La deuxième publicité qui nous intéresse provient de la « librairie » Dawson qui continue de faire paraître son annonce de Noël.

The Montreal Herald, 17 janvier 1866, p. 1.

Le texte donne une idée de l’ampleur de leur action dans le monde de l’art. La présence, en particulier, d’une salle d’exposition d’images à l’arrière de la boutique est intéressante.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.