Qu’est-ce qu’il y a de bon dans le journal ? 6 janvier 1855

Aujourd’hui, c’est le Montreal Herald and Daily Commercial Gazette dont nous feuilletons les pages. Tout de suite, avant même de voir les premières nouvelles, un annuaire des marchands retient notre intérêt. Dans la liste, qui sans étonnement comprend des annonceurs du Montreal Herald, deux catégories d’entreprises attirent notre attention, celles qui produisent des oeuvres et celles qui sont susceptibles de fournir des matériaux aux artistes.

Des types de créateurs

Trois types de créateurs sont répertoriés : des graveurs, un photographe et des architectes. Les graveurs sont particulièrement intéressants car, à part quelques cas spécifiques, dont John Walker, nous avons peu de renseignements sur leur pratique. Les lithographes en particulier sont peu connus.

L’annonce de Thomas C. Doane (1816-1896) est notable dans la mesure où il se qualifie d’artiste daguerréotypiste, une appellation courante qui se modifiera au profit d’artiste photographe avec l’apparition des procédés négatif-positif. Doane est un des daguerréotypiste les plus connus de cette période. Sa notoriété est entre autres due aux nombreux portraits de personnalités connues qui sont sortis de son studio.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-décran-2022-01-06-à-11.11.13.png.
Montreal Herald and Daily Commercial Gazette, 6 janvier 1855, p. 1.

Du côté des architectes, l’intitulé permet de constater qu’ils agissent simultanément à titre d’ingénieurs.

D’autres acteurs du monde de l’art

Nous l’avons dit, l’annuaire comprend aussi des entreprises qui ont pu servir de fournisseurs aux artistes. Il faut noter que le travail de recherche qui permet de saisir les liens entre les différents acteurs de soutien du milieu artistique ainsi que les limites qu’impose la disponibilité des matériaux restent, selon nous, à faire pour la deuxième moitié du 19e siècle au Québec.

D’ailleurs une publicité parue sur la même page nous donne une meilleure idée de ce qui se trouve chez les marchands de couleurs.

Le rôle des associations dans le marché de l’art

Enfin, la troisième page du journal fait la promotion de l’Art-Union of London. Le fait de devenir membre permet d’obtenir chaque année une gravure de grand format. Cette association fondée en 1837 est active jusqu’en 1912. Ce type d’organisation existe en partie ici, quelques années plus tard, avec l’Art Association of Montreal qui offre des oeuvres à ses membres chaque année.

Dawson, il faut le noter, expose souvent des gravures dans sa vitrine.


Quelques mots sur le Montreal Herald and Daily Commercial Gazette.

Journal qui est d’abord d’obédience conservatrice et pro-britannique sous la gouverne de l’immigrant écossais Robert Weir, le Montreal Herald est acheté par la D. Kinnear and Company en 1846. Peu à peu, celui-ci en vient à défendre les intérêts des marchands montréalais, passant de l’annexionnisme au protectionnisme. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.