Sérendipité 2. Miss C. Cochrane, photographe

Les écrits sur les femmes photographes au Québec se font plutôt rares. J’ai donc été surprise d’en trouver une à Québec au début des années 18501. Miss Cochrane, de retour des États-Unis, prend des daguerréotypes et des photographies sur papier dès octobre 1853. C’est très tôt pour les photographies sur papier. Ce, d’autant plus que la formule suggère que le procédé utilisé est le collodion. Si c’est le cas, elle fait partie des précurseur.es pour le Québec !

C Cochrane
Morning Chronicle, mardi 2 mai 1854, [p3].

Au moment où elle est active, les studios qui ont pignons sur rue à Québec sont encore peu nombreux. La photographe fait partie des cinq établissements qui sont répertoriés dans l’Annuaire de la ville Québec de 1854-1855. Elle cesse cependant ses activités commerciales au plus tard en 1855.

MCLAUGHLIn, S. (1854). Annuaire de la ville de Québec 1854-1855, Quebec : Bureau & Marcotte, p. 111.

Qui est-elle ? Les annuaires, les registres paroissiaux et les recensements ne fournissent pas une réponse directe. Cependant, il y a peu de Cochrane dans la ville à ce moment. Il pourrait donc s’agir de Clarissa Cochrane (1831-1890), fille de l’ébéniste, George (William) Cochrane (décédé en 1849). Clarissa se marie en 1857 avec George Bull Bulland (1829-1907). Bulland est un imprimeur important de la deuxième moitié du 19e siècle.

  1. L’historienne de l’art Nicole Cloutier lui a consacré deux lignes dans son articles sur les daguerréotypistes québécois. CLOUTIER, Nicole (1980). «Les disciples de Daguerre à Québec, 1839-1855», Journal of Canadian Art History / Annales d’histoire de l’art canadien, vol. 5, no. 1, p. 33-38. http://www.jstor.org/stable/42615794.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.