Sérendipité 1 : la photographie des astres et l’observatoire de Québec vers 1869

Il arrive que des trouvailles soient faites par hasard. Voici une de ces découvertes, la première d’une série. Nous nous intéresserons à un des pionniers de la photographie scientifique au Canada !

Bâtie entre 1850 et 1851, la Quebec Observatory est la première au Canada à s’adonner à l’astronomie en plus de fournir des données utiles pour la navigation1. Elle est dirigée pendant longtemps par Edward D. Ashe (18142-1895), officier militaire britannique et astronome. Sous son égide, des travaux sont entamés pour établir certaines longitudes canadiennes2 et il produit ses premières photographies du soleil au plus tard en février 1868. Pour ce faire, Ashe fixe une caméra Voigtländer dans un tube en métal qui est accroché à son télescope3.

Ashe et l’observatoire de Québec sont donc marquants dans le développement des sciences au Canada. Sa pratique photographique, l’une des premières productions scientifiques pour le médium a été très peu étudiée4. Elle n’apparaît pas dans les textes dédiés à l’histoire de la photographie dans la colonie britannique de l’Amérique du Nord.

Aujourd’hui, nous nous intéressons à un événement particulier qui se déroule en août 1869. Le directeur de l’observatoire est alors envoyé aux États-Unis pour photographier un phénomène astronomique qui est alors fortement analysé : une éclipse solaire5. Avant le départ, Ashe achète son matériel photographique, plaque, papier ou composantes chimiques, chez Ellisson & Co. Accompagné de deux assistants, il se rend par train à Jefferson en Iowa. Son équipe réussit à prendre quatre plaques de l’éclipse. Les plaques sont préparées par le révérend James Douglas (1837-1918) qui se charge aussi du développement. C’est Ashe lui-même qui prend les photographies qui sont exposées 10 secondes et qui mesurent un pouce de diamètre6.

Clear for Action. Photographie tirée de ASHE, Edward D. (1870). The Proceedings of the Canadian Eclipse Party 1869, Québec: Middleton & Dawson.

 

Photographies of the Eclipse (1869), The Proceedings of the Canadian Eclipse Party 1869, Québec : Middleton & Dawson.

Les photographies de Ashe sont largement diffusées dans les cercles astronomiques. Elles donneront lieu à un vif débat qui l’oppose à un des précurseurs de l’observation des astres à l’aide de la photographie : Warren de la Rue (1815-1889), physicien et astronome britannique.

Il est fascinant de noter que l’intérêt de Ashe pour la photographie ne semble pas se limiter à son utilisation scientifique. Ainsi, il publie une annonce dans le Morning Chronicle pour former une société de photographie locale durant le mois d’avril 1868.

Son assistant, le révérend James Douglas est aussi une figure intéressante de la photographie amateure au Canada. Il est l’auteur, avec son père James Douglas sr., d’un album de photographies à l’albumen prises lors de voyages en Égypte en 1860-18637. Les albums ont été imprimés pour distribution privée et ils se retrouvent maintenant dans plusieurs collections publiques8. De plus, Douglas prononce une conférence sur l’histoire de la photographie en 1863 à la Literary and Historical Society of Quebec, dont il fût un des membres actifs. Il y occupe pour un temps les postes de bibliothécaire et de président. La conférence est accompagnée d’une démonstration sur le procédé au collodion humide effectuée par le photographe Samuel Mc Laughlin9.

Notes

  1. Les seules recherches sur les activités des premiers astronomes canadiens semblent dues à Richard A. Jarrell.
  2. La date de naissance habituellement attribuée à Ashe n’est pas la bonne. Les archives en ligne de la Somerset Parish Clerks Genealogy montrent qu’il est né le 23 janvier 1814 à Bath. Il est le fils d’un musicien, Andrew Ashe. Sa mère, chanteuse, se nomme Mary Comer. La date est confirmée par le recensement de 1881.
  3. Les études sur la production canadienne de photographies scientifiques se limitent le plus souvent aux vues prises dans le cadre des explorations géologiques et géographiques. Au Canada, les premières photographies prises à cette fin datent de la fin des années 1850. DELANEY, Jill (2008). « An inconvenient truth? Scientific photography and archival ambivalence », Archivaria, vol. 65, no 1, p. 75-95.
  4. Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, 1868 vol. XXVIII, no 4, 14 février, p. 94.
  5. ASHE, Edward D. (1858). « On the Longitude of some of the Principal Places in Canada as determined by Electric Telegraph in the years 1856-1857 », Report of Progress of the Geological Survey of Canada 1857, Toronto: Lovell, p. 231-240.
  6. Ashe nous a laissé plusieurs descriptions de l’éclipse et de sa prise de photographies. Il est entre autres possible de le lire dans : ASHE, Edward D. (1869). « Solar Eclipse of August 7th, 1869 », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 30, p. 3. et ASHE, Edward D. (1870). The Proceedings of the Canadian Eclipse Party 1869, [En ligne], Québec : Middleton & Dawson. URL : https://www.gutenberg.org/files/35375/35375-h/35375-h.htm.
  7. Sylvio LeBlond a publié un article sur les Douglas dans les Cahiers des dix, l’article comporte plusieurs informations factuelles intéressantes. LEBLOND, Sylvio (1979). « Le Dr James Douglas, de Québec, remonte le Nil en 1860-61 », Les Cahiers des dix, no 42, p. 101-123.
  8. Il ne s’agit cependant pas des premières photographies de James Douglas junior. De fait, les journaux de l’époque nous signalent qu’il s’adonne à des prises de vue dans les années 1850. Ainsi, le Morning Chrhonicle du samedi 12 juin 1858 explique qu’il prend une photographie de groupe lors d’une sortie aux chutes Montmorency dans le cadre de la rencontre des « Medical Superintendants of American Lunatic Asylums ».
  9. Quebec Daily Mercury, 1863, May 18)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.