Notes sur : Martin Jay (2002). « Cultural Relativism and the Visual Turn »

Dans cet article, l’historien Martin Jay remet en cause les assertions qui entourent le relativisme culturel et qui ont marqué le « visual turn ». Le texte commence par un retour sur les débats sur la vision et la visualité des années 1980 et 1990, auxquels Jay a contribué. Ces débats mènent au rejet de l’image en tant que reproduction analogique de la réalité instinctivement compréhensible. Selon l’auteur, les chercheurs présument alors que les images découleraient d’une série de médiations et qu’elles sont interprétées à travers des conventions culturelles.

Il note que certains s’opposent à cette posture théorique en avançant principalement deux arguments. Le premier est basé sur la contradiction intrinsèque du raisonnement. En effet, le relativisme culturel émanerait lui aussi d’une culture spécifique et il ne pourrait donc pas prétendre à l’universalisme. Jay attribue le second argument aux penseurs influencés par les idées marxistes. Leur conception matérialiste de l’histoire les mènerait, paradoxalement, à revendiquer une culture mondiale qui résulterait des forces économiques en action.

En s’appuyant d’abord sur des constats émis par les anthropologues, principalement James Clifford, Jay y va plutôt d’une attaque conceptuelle. Il remet en cause l’assertion qui veut que la culture soit quelque chose de cohérent, d’étanche et de défini, dont il est possible de fixer les limites. Influencé par Nous n’avons jamais été modernes1 (1991) de Bruno Latour, il pense la culture en termes d’hybridation et de porosité. Cette porosité et cette hybridation ne se bornent pas aux relations entre les cultures. Elle englobe de plus des relations qui ne sont plus perçues en fonction d’une dualité entre nature et culture, objet et sujet ou texte et image. Cette rupture avec le relativisme culturel n’est toutefois pas un rejet en bloc :

That is, it is as impossible to reduce natural visual experience to its cultural mediations as it is to disentangle it entirely from them.

Martin Jay, 2002, p. 274.

Jay insiste d’ailleurs sur cet aspect dans le cas spécifique des images :

This is not to say, I hasten to add, that images can once again be seen as natural, unmediated signs, which can shed all their cultural encoding. It is rather that however much they are filtered through such a screen, however much they are connotatively deflected by the magnetic field of culture, they remain in excess of it.

Martin Jay, 2002, p. 275.

Pour lui, la solution réside dans une prise en compte d’une expérience sensorielle incarnée qui est aussi psychologique, particulièrement en ce qui concerne la vue. Il y voit un retour d’un balancier entre nature et culture.

Quelques réflexions

Jay lie directement le relativisme culturel au « spatial turn ». Je crois que le concept est facilement transférable au 19e siècle, un moment où l’appartenance à une culture nationale est vécue comme primordiale au même titre que la différence sociale entre soi et l’autre. Si c’est le cas, y a-t-il lieu de se demander à quel point les théories qui ont été développées à la fin du 20e siècle empruntent à la période qu’elles ont souvent étudiées ? Je pense ici particulièrement à Crary.

Le texte est aussi un rappel qu’il convient d’avoir une approche équilibrée. On ne peut pas tout imputer à la culture et il faut également tenir compte d’une certaine forme de sensualité dans l’appréciation des images. J’ajouterais que toute expérience intime ne réfère pas automatiquement à une culture collective. Une personne, au 19e siècle, peut acheter une photographie parce que l’image lui fait revivre un souvenir privé. Son rapport au site n’est donc pas entièrement déterminé par la signification sociale de celui-ci.

Notes

  1. Dans Nous n’avons jamais été modernes, Latour affirme que la modernité se caractérise par l’idée d’une rupture entre nature et société ainsi qu’objet et sujet. Cette rupture serait une croyance, son agentivité repose sur une certaine vision du monde.

Texte analysé

Jay, Martin (2002). « Cultural Relativism and the Visual Turn », Journal of Visual Culture [En ligne], vol. 3, no 1, p. 267-278, consulté le 2 février 2021. URL : https://doi.org/10.1177/147041290200100301.

Bibliographie

Latour, Bruno (1991). Nous n’avons jamais été modernes: essai d’anthropologie symétrique, Paris : La Découverte.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.