C. R. Chisholm

Dans la deuxième moitié du 19e siècle, plusieurs commerces offrent des vues stéréoscopiques, des photographes en passant par les opticiens, les librairies, les magasins de nouveautés et d’importations ainsi que les boutiques touristiques. Certaines sont aussi vendues, lors d’une première vente ou sur le marché de la revente, au cours d’encans. Enfin, un autre joueur très important doit être pris en compte : les agents qui possèdent des kiosques dans les moyens de transport. Celui dont la trace est la plus forte pour les vues stéréoscopiques québécoises est sans conteste Colin Remigius Chisholm.

C. R. Chisholm détient des parts dans Chisholm Bro, une entreprise où il est associé à deux de ses frères, Hugh J. Chisholm et Alexander Chisholm (Wethey 1874, p. 475). La Chisholm Bro distribue des journaux, des revues, des romans de gare et des représentations des lieux touristiques dans les trains et sur les quais des principales compagnies de chemin de fer du Canada et du nord-est des États-Unis. De plus, ses représentants sont présents dans les bateaux à vapeur qui sillonnent le Saint-Laurent.

Colin R. Chisholm1 semble, dans le cadre de la Chisholm & Bro, avoir bénéficié d’une certaine autonomie. Située à Montréal, sa filiale, ouverte en 1866, couvre le territoire québécois (Lovell, Montréal, Série principale, Alphabetical Directory, 1866-1867, p. 108). De plus, elle comprend un volet d’édition. C. R. Chisholm & Bro publie une revue, The International Railway and Steam Navigation Guide2, des guides de voyage et quelques romans, surtout américains et probablement piratés.

Les activités de distribution de vues stéréoscopiques que nous avons recensées se concentrent surtout dans les années 1870-1875.

Publicité tirée de St-Maurice, Faucher (1872). Quebec & Montreal Travellers Free Guide containing General Information for Tourists, Montreal : Eusèbe Senecal printer, p. 119.

Durant cette période, de nombreuses vues stéréoscopiques sont embossées au nom de C. R. Chisholm & Bro. La Chisholm ne crée pas les vues ainsi marquées, elles sont dues à des photographes bien établis. Nos données nous permettent de constater que la Chisholm vend des vues du Québec prise par les studios de Louis-Prudent Vallée (Québec), J. G. Parks (Montréal), Alexander Henderson, Livernois et Bienvenu (Québec) et Notman (Montréal).

Détail du verso, Louis-Prudent Vallée, prise de vue et tirage entre 1868 et 1874, View of St. Vallier Street, from Palace Gate (outside), vue stéréoscopique à l’albumine collée sur carton jaune, 7,6 x 14,1 cm (vue), 8,3 x 17,1 cm (carton). Archives de la ville de Québec, P112-n032001.

Verso, Louis-Prudent Vallée, prise de vue et tirage entre 1868 et 1874, View of St. Vallier Street, from Palace Gate (outside), vue stéréoscopique à l’albumine collée sur carton jaune, 7,6 x 14,1 cm (vue), 8,3 x 17,1 cm (carton). Archives de la ville de Québec, P112-n032001.

Recto, Louis-Prudent Vallée, prise de vue et tirage entre 1868 et 1874, View of St. Vallier Street, from Palace Gate (outside), vue stéréoscopique à l’albumine collée sur carton jaune, 7,6 x 14,1 cm (vue), 8,3 x 17,1 cm (carton). Archives de la ville de Québec, P112-n032001.

Les observations effectuées suggèrent qu’une corrélation assez notable existe entre les guides offerts par C. R. Chisholm & Bro et les vues qu’elle distribue. De fait, les stéréogrammes représentent des bâtiments qui appartiennent aux commerçants qui ont des publicités dans les guides de la Chisholm ou, encore, des sites décrits par ces guides. Ces liens expliquent également en partie la présence récurrente des infrastructures touristiques (ponts ferroviaires, quais, hôtels, bateaux à vapeur, etc.) dans les vues. L’historienne de l’art Elizabeth Anne Cavaliers a aussi noté que certaines des vues stéréoscopiques sont reproduites dans les mêmes guides (2016, p. 311). C’est par exemple le cas de quelques illustrations du All-Round Route and Panoramic Guide édité en 1870. Il n’est pas non plus anodin que les studios, dont les photographies sont distribuées, soient parfois des annonceurs dans ces mêmes guides.

Chisholm’s All Round Route and Panoramic Guide of the St. Lawrence (1874), 2e page des annonces.

Si l’information est intéressante, il faut toutefois faire preuve de prudence avant d’établir une relation de causalité complète entre les guides de C. R. Chisholm & Bro et le contenu des vues stéréoscopiques. Plusieurs de sites participent à l’imaginaire géographique des villes visitées, c’est entre autres le cas du pont Victoria à Montréal. Ils appartiennent donc à des discours visuels et écrits qui débordent du cadre restreint des publications et du réseau de distribution de la C. R. Chisholm & Bro, documents qui reprennent, au demeurant, certains passages d’autres livres. Ils jouissent d’une popularité qui est due à des médiations successives dans lesquelles la Chisholm & Bro n’est qu’un des acteurs.

Notes

1 Colin R. Chisholm est né en Ontario en juin 1842 (Walker, 1998, p. 126 ; Recensement canadien 1861, Lincoln County, Niagara ; Recensement canadien de 1881, district no 90, sous-district St-Antoine, tableau 1, p. 40). Il sera impliqué dans plusieurs entreprises successives du genre. En 1883, il fait partie des demandeurs pour l’incorporation de la Canada Railway News Company, dont les activités s’étendent aux États-Unis (The Canada Gazette, 1883, p. 2181). À titre indicatif, les archives de la Canada Steamship Lines Limited (conservées aux Queen’s University Archives), montrent que la Canada Railway News Company a versé 2 500$ pour distribuer des livres et des journaux dans les navires à vapeur de la Compagnie du Richelieu (Fonds F00621 Minutes of the Compagnie du Richelieu, 29 mars 1884).

Chisholm devient éventuellement l’éditeur et un des directeurs de la Mutual News Company, dont l’incorporation est demandée le 3 mars 1886 et qui oeuvre dans le même secteur que la C. R. Chisholm & Co (Report of the Secretary of State of Canada for the Year ended 31st December, 1886, 1887, p. 9.). La Mutual News Company est enregistrée en 1888 (Acts of the Parliament of the Dominion of Canada, 1889, p. XXVIII) et C. R. Chisholm devient un de ses directeurs en septembre de la même année (The Daily Witness, 11 septembre 1888, p. 6).

2La revue comprend des publicités, des cartes, le prix des trajets, des textes qui se veulent divertissant (nouvelles, conseils de voyage, etc.) ainsi que les horaires des trains.

Bibliographie

Acts of the Parliament of the Dominion of Canada (1889). Ottawa : Brown Chamberlin.

All-Round Route and Panoramic Guide (1870). Montréal : C. R. Chisholm & Bro.

Canada Gazette (The) (1883). vol. 16, no 2.

Cavalier, Elizabeth Anne (2016). « Canada by Photograph: Instruted Looking and Tourism of the Late Nineteenth-century Canadian Landscape », Histoire sociale / Social History, vol. XLIX, no 99 (juin), p. 307-325.

Chisholm’s All Round Route and Panoramic Guide of the St. Lawrence (1874). Montréal : C. R. Chisholm & Bro.

Daily Witness (The), Montreal : John Dougall.

International Railway and Steam Navigation Guide (The). Montréal : C. R. Chisholm & Bro.

Lovell Montreal Directory for 1866-1867 (1866). Montreal : John Lovell.

Report of the Secretary of State of Canada for the Year ended 31st December, 1886 (1887). Ottawa : Maclean, Roger & Co.

St-Maurice, Faucher (1872). Quebec & Montreal Travellers Free Guide containing General Information for Tourists, Montreal: Eusèbe Senecal printer.

Walker, Dan (2002). Vital Records of Upper Canada/Canada West: pt. 1. Niagara District, 1795-1856, Toronto: Norsim Research and Pub.

Wethey, H. C. W. (1874). Reports of Cases Decided in the Court of Queen’s Bench, ed. Christopher Robinson, vol. XXXIII, Toronto: Rowsell & Hutchison, p. 475.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.