Notes sur : Florian Freitag, Céline Molter, et al. (2020). « Immersivity: An Interdisciplinary Approach to Spaces of Immersion »

Cet article saisissant et très récent est l’œuvre d’un groupe interdisciplinaire comprenant des chercheurs en études américaines, Florian Freitag, Damien B. Schlarb et Clemens Spahr, et en études médiales, Laura Mûcke et Dominic Zerhoch, auxquels se joignent deux géographes, Helena Rapp et Elisabeth Sommerlad, ainsi qu’une anthropologue, Céline Molter. Le texte tente d’établir le concept d’immersivité en le mettant en relation avec la notion d’immersion.

Les auteurs et autrices débutent en décortiquant les points de vue théoriques déjà en circulation afin de mieux conceptualiser certaines caractéristiques des espaces immersifs. Tout en rejetant les approches behavioristes et phénoménologiques, ils en viennent aux distinctions suivantes :

1— En s’appuyant sur les théories développées par Maurizio Forte (2012) et Andriano D’Aloia (2012), ils affirment d’abord que l’immersion serait un état d’esprit. Quant à elle, l’immersivité serait liée à l’objet ou au processus, plus spécifiquement à leur aptitude à favoriser l’immersion, ainsi qu’à la médiation de l’espace. Il y aurait donc une différence qui relève d’une dichotomie entre la réception et la production (les objets ou les environnements).

Cette fragmentation nous semble particulièrement intéressante. Elle explique que les indices d’immersivité n’entraînent pas nécessairement une immersion. L’immersivité est potentielle, pas certaine. L’échec ne serait pas nécessairement imputable à l’objet ou aux processus et à leurs capacités à évoquer une spatialité.  Cet échec peut donc survenir lors de la réception.

2— En se référant cette fois-ci au modèle intersectionnel du spécialiste de la littérature anglaise Werner Wolf (2013), qui se penche sur l’esthétique de l’illusion en s’intéressant aux modes de réception, ils allèguent que les modes et les capacités spatiales interagissent en fonction de trois facteurs. Ces facteurs seraient :

  • Les caractéristiques illusionnistes qui se trouvent dans les représentations en tant que telles, dont leur multisensorialité et leur capacité à écarter les indices provenant de l’environnement extérieur ;
  • Le processus de réception et le récepteur ;
  • Le contexte.

En se basant toujours sur Wolf, ils avancent que ce contexte peut être aussi bien historique et culturel que situationnel ou générique.

Ils ajoutent que la compréhension de l’immersivité passe nécessairement par une approche interdisciplinaire puisque les objets qui font appel à celle-ci appartiennent à une diversité de champs. Les cas d’études qu’ils présentent ensuite illustrent d’ailleurs cette prise de position. De fait, ils abordent l’immersivité telle qu’elle se manifeste dans les parcs à thèmes, le théâtre, les médias et les films ainsi que les jeux vidéos et l’espace géographique. Dans ce dernier cas, les auteurs s’attardent plus précisément à des espaces délimités et définis par des structures visuelles (delineated spaces) lors d’une ludification des apprentissages.

Bien que l’aspect rituel de l’immersivité qui est présenté dans la partie du texte dédié aux parcs à thème soit intéressant, c’est le passage consacré au théâtre qui nous semble être le plus porteur. Il met en relief le rôle actif des spectateurs dans les processus. Il souligne que la dimension matérielle peut jouer dans la médiation de l’espace. Enfin, il aborde l’information et les comportements comme des caractéristiques possibles de l’immersivité. La section qui se penche sur le cinéma conclue l’article sur une interrogation qui mérite d’être soulevée. En tenant compte des nouveaux modes de réception, les auteurs se demandent si l’immersivité est forcément liée à une rupture entre l’espace immersif et l’environnement du public.

Texte analysé

Florian Freitag, Céline Molter, Laura Katharina Mücke, Helena Rapp, Damien B. Schlarb, Elisabeth Sommerlad, Clemens Spahr et Dominic Zerhoch, « Immersivity: An Interdisciplinary Approach to Spaces of Immersion », Ambiances [En ligne], Varia, mis en ligne le 11 décembre 2020, consulté le 21 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ambiances/3233; DOI: https://doi.org/10.4000/ambiances.3233.

Bibliographie

D’Aloia, Adriano (2012). « Film in Depth: Water and Immersivity in the Contemporary Film Experience», Acta Universitatis Sapientiae: Film and Media Studies, 5, p. 87-106.

Forte, Maurizio (2012). « Immersive 3D Applications » dans Neil Asher Silberman (dir.), The Oxford Companion to Archaeology, vol. 2, 2e éd., Oxford: Oxford University Press. p. 69-72.

Wolf, Werner (2013). « Aesthetic Illusion » dans Werner Wolf, Walter Bernhart et Andreas Mahler (dirs.). Immersion and Distance. Aesthetic Illusion in Literature and Other Media, Amsterdam: Rodopi.
p. 1-63.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.