Edmondson rue d'Auteuil

Un court séjour : le photographe G. W. Edmondson

George William Edmondson a un parcours singulier. Il est né en Angleterre vers 1837. Sa mère, Anne Singleton, vient d’une famille de prêtres quakers. Son père, qui appartient à la même foi, George Edmondson, est directeur du Queenswood College1 (Bottomley 2018). Il y a tout lieu de croire qu’il acquiert de fortes notions de chimie à cette école, dont le programme est axé sur l’apprentissage des sciences (Bottomley 2018). Dès 1848, certaines des conférences qui sont données par les professeurs portent d’ailleurs sur les daguerréotypes et la chimie photographique (Bottomley 2018, p. 224-225). Il est donc possible qu’il pratique déjà la photographie, en amateur ou en professionnel, lorsqu’il arrive en Amérique. Il habitera quelques années au Canada avant de devenir le patriarche d’une lignée d’artistes américains qui comprend ses deux fils, le photographe George Mountain Edmondson (1866-1948) et le peintre William John Edmondson (1868-1966) ainsi que sa petite-fille, Ivy Jane Edmondson Starr (1909-  ) (Haverstodk, Vance et Meggitt 2000, p. 259-260).

Edmondson pourrait s’être d’abord installé à Ottawa où un G. W. Edmondson fait paraître des annonces qui proposent ses services de dessinateur spécialisé en architecture et de photographe dans le Ottawa Daily Citizen (janvier à mars 1861). Il effectue ensuite un séjour à Montréal où il se convertit au méthodisme.

G. W. Edmondson bapteme methodiste montreal
Fonds Drouin, BAnQ, registre de la Methodist Mountain Street, 1863.

Les seuls portraits d’Edmondson, datant de cette période, sont conservés dans le fonds Notman au Musée McCord. Du reste, il n’est pas impossible qu’il ait travaillé pour le célèbre photographe ou un de ses concurrents à l’époque. Cette hypothèse expliquerait qu’il n’ouvre pas de studio à son nom.

Portrait George W. Edmondson par Notman
William Notman, G. W. Edmondson, photographie au collodion humide, 8,5 x 5,6 cm. Musée McCord.

Dès 1864, il occupe un studio au 34 rue Saint-Jean (Quebec Directory, 1864-1865, p. 125) qu’il quitte rapidement pour s’établir au 32 rue Saint-Jean. Ces premières informations sont suivies d’une nouvelle d’envergure : son mariage avec Mary-Jane Mountain le 31 octobre 1864 (Greffe du notaire William Bignell, contrat de mariage, BAnQ).

Morning Chronicle, samedi 5 novembre 1864

Son studio produit alors des cartes de visite et des photographies coloriées représentant des paysages canadiens.

Publicité studio photo G. W. Edmondson Quebec
Morning Chronicle, mardi 21 février 1865

publicité studio photo G. W. Edmondson
Quebec Daily Mercury, samedi 20 mai 1865

À l’automne 1865, le studio qui est situé au troisième et dernier étage de l’immeuble est la proie des flammes. Dans cet incendie, Edmondson semble perdre la plus grande partie de ses négatifs.

incendie studio Edmondson quebec
Journal de Québec, lundi 16 octobre 1865. Cet article comporte une erreur : Hethrington est une dame qui loue des chambres à l’étage au-dessous du studio.

Quelques exemplaires des photographies d’Edmondson sont aujourd’hui conservés au Musée national des beaux-arts, au Musée de la civilisation du Québec et à Bibliothèque et Archives nationales du Québec. De bonne qualité technique, elles sont plutôt conventionnelles dans leur structure et leur iconographie.

G. W. Edmonson carte de visite MNBAQ
George W. Edmondson, Portrait d’homme. entre 1864 et 1865, carte de visite, 10 x 6,1 cm. Musée national des beaux-arts du Québec.

Cependant, dans le cas des vues de ville, les points de vue retenus sortent de l’ordinaire démontrant que le photographe a développé une vision personnelle de la ville. Ces choix peuvent en partie s’expliquer par la localisation du studio. En effet, les points de vue retenus sont dans Saint-Jean-Baptiste, faubourg dans lequel Edmondson s’est installé. Ces vues de ville sont aussi remarquables au niveau esthétique. Edmondson utilise souvent des éléments naturels ou artificiels pour créer des blocs visuels qui causent des ruptures entre l’avant-plan et l’arrière-plan. Il opte aussi pour des points de vue qui lui permettent d’avoir de forts contrastes entre les différents éléments qui structurent le point de fuite ou la relation entre l’avant-plan et l’arrière-plan.

Edmondson - 1ere eglise Saint-Jean-Baptiste
George W. Edmondson, 1ère église Saint-Jean-Baptiste, entre 1864 et 1865, carte de visite, 10,2 x 6,2 cm. Musée de la civilisation du Québec.

Edmondson hiver Saint Roch
George W. Edmondson, Vue de Saint-Roch en hiver, entre 1864 et 1865, carte de visite, 10,2 x 6,2 cm. Musée de la civilisation du Québec.

Edmondson Eglise St-Matthew
George W. Edmondson, Église St-Matthew, entre 1864 et 1865, carte de visite, 10,2 x 6,2 cm. Musée de la civilisation du Québec.
Edmondson rue d'Auteuil
George W. Edmondson, rue d’Auteuil, entre 1864 et 1865, sans dimension. Fonds initial, Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

La production qui nous est restée montre également qu’Edmondson s’adonne à la copie, reproduisant aussi bien des oeuvres graphiques que la production d’autres photographes.

Edmondson d'après Notman - glaces sur le fleuve
George W. Edmondson d’après William Notman, Ice shove on the St. Lawrence River at Montreal, entre 1864 et 1866. Musée de la civilisation du Québec.

Edmondson - photo d'apres gravure
George W. Edmondson, Edwin Thomas Booth. Photographie d’une gravure, de l’album Évêques, gouverneurs et hommes politiques du Québec, entre 1864 et 1866, 10,7 x 6,3 cm. Musée national des beaux-arts du Québec.

Les publicités pour le studio cessent de paraître en 1865, après l’incendie, et il quitte rapidement Québec. Accompagné de sa femme, il immigre aux États-Unis où son premier fils naît à Norwalk en août 1866 (Haverstodk, Vance et Meggitt 2000, p. 259-260). Il ouvrira différents studios photographiques aux États-Unis, d’abord à Norwalk où il s’associe pour un temps avec George Butt2. Il affiche ensuite pignon sur rue à Plymouth avant de s’établir définitivement à Cleveland où il se spécialise dans la production de plaques de lanterne magique.

Butt & Edmondson
Butt & Edmondson, Marching Band, v. 1871-1873, photographie. Collection privée.

Butt & Edmondson
Revers de la photographie.

Ses photographies sont aussi utilisées pour produire des gravures destinées à des publications ventant la foi méthodiste (Briggs 1890). Il décède le 2 juillet 1917 à Cleveland, en Ohio (Haverstodk, Vance et Meggitt 2000, p. 259-260).

On en sait très peu sur sa production de vues stéréoscopiques. La National Stereoscopic Association signale qu’il produit des stéréogrammes de type narratif durant les années qu’il passe à Plymouth (Treadwel, Darrah et Sell 1994, p. 236). Ces vues seraient souvent des copies d’autres photographes (Treadwel, Darrah et Sell 1994, p. 236). Les vues qui lui sont associées ont un ton moralisateur et elles semblent militer pour le mouvement de tempérance. Pour l’instant, il n’y a pas de vues stéréoscopiques du Québec qui soient attribuées à Edmondson.

stereoview Edmondson
George W. Edmondson, The drinkers progress. First intoxication–bachelor’s carouse, v. 1874, vue stéréoscopique. Library of Congress.

Notes

  1. Le lien entre Edmondson et ses parents a pu être fait à partir de son certificat de baptême, lorsqu’il se convertit au méthodisme, et des annonces qui sont publiées pour signaler son mariage. Ces annonces spécifient qu’il provient de Queenswood.
  2. Il a publié au moins un article dans le Philadelphia Photographer (1871) durant cette période. L’article en question porte sur un système de vignetage. La revue nous informe qu’il est alors en association avec un partenaire et qu’il opère sous le no de Butt & Edmondson à Norwalk. Pour consulter le numéro : https://archive.org/stream/philadelphiaphot1871phil/philadelphiaphot1871phil_djvu.txt

Bibliographie

BOTTOMLEY, David Theodore (2018). Science, Education and Social Vision of Five Nineteenth Century Headmasters, Thèse de doctorat, School of Education, Curtin University. En ligne : https://core.ac.uk/download/pdf/195696532.pdf

BRIGGS, W. (1890). From Epworth to London with John Wesley: being fifty photo-engravings of the sacred places of Methodism, with descriptions from notes written especially for these views by George John Stevenson, M. A., of London, England, and compiled for this work by the photographer who made the negatives “on the spot”, G.W. Edmondson. Toronto: Briggs. En ligne : https://catalog.hathitrust.org/Record/100311708.

HAVERSTOCK, Mary, Jeannette MAHONEY VANCE et Brian L. MEGGITT (dirs.). (2012). Artists in Ohio, 1787-1900: a Biographical Dictionary. Ashland: The Kent State University Press.

TREADWELL, T. K. et William C. DARRAW mis à jour par Wolfgang SELL. (1994 mis à jour en 2003). Photographers of the United States of America. National Stereoscopic Association. En ligne : https://stereoworld.org/wp-content/uploads/2016/03/US-PHOTOGRAPHERS.pdf.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.