Notes sur Jonathan Crary (1988). « Techniques of the Observer »

Devenu un incontournable de la culture visuelle, l’historien de l’art Jonathan Crary est le premier à avoir développé un discours complexe sur les vues stéréoscopiques dans deux textes portant le même titre : Techniques of the Observer. Paraît d’abord un article dans October. La revue, dirigée par Svetlana Alpers, est alors fortement engagée dans la diffusion des idées du poststructuralisme. Cet environnement éditorial concorde avec les influences de Crary qui s’appuie sur les travaux de Gilles Deleuze et de Michel Foucault. C’est sur ce dernier que Crary se repose pour historiciser le savoir en périodes distinctes qui se terminent/débutent par des changements brusques. Ces périodes verraient naître des réseaux qui dépendent d’une structure discursive régissant les différentes connaissances. Crary emprunte aussi à Foucault la notion épistémè, tel qu’elle a été développée dans Les mots et les choses (1966) et L’Archéologie du savoir (1969). Elle lui permet de chercher à isoler une façon de penser, de parler, de se représenter largement toute la culture durant les premières décennies du 19e siècle. Prépondérantes dans l’article, les idées défendues par Deleuze et Foucault sont aussi présentes dans le livre, Techniques of the Observer, que Crary signe en 1990 et qui est en grande partie tirée de sa thèse de doctorat intitulée Formation of the Observer, 1810-1845, thèse qui a été soutenue en 1987.

Dans son article, Jonathan Crary cherche à démontrer que le 19e siècle rompt avec le positivisme des Lumières. Pour ce faire, Crary s’appuie sur les remarques faites par Goethe dans Le traité des couleurs (1810), sur l’étude de certains jouets optiques qui exploitent le phénomène de l’image rémanente et sur les positions défendues par les scientifiques du 19e siècle qui ont été les plus importants pour le développement du stéréoscope, David Brewster et Charles Wheatstone. Ces cas d’étude lui permettent de statuer que les débuts de la modernité sont marqués par une césure : l’apparition de l’observateur dont il nous donne les caractéristiques. Cet observateur posséderait des traits spécifiques. Chez lui, l’intérieur et l’extérieur du sujet et de l’objet forment une surface unique; le corps devient un lieu subjectif de perception qui est analysé selon les mêmes modes d’étude empirique que les objets qu’il regarde; la perception est basée sur une compréhension binoculaire de la vue; la vision est un processus continu où son corps est immobile et où son attention est fixe, et enfin; ses yeux s’adaptent au mouvement.

Techniques of the Observer (1988) est fondé sur l’étude de sources primaires provenant de la philosophie et des sciences. Critiqué et encensé, le texte signale aussi avec justesse un changement dans la perception de l’œil, qui passe d’une mécanique monoculaire à une entité binoculaire. Cette transition n’est, cependant, pas aussi franche et, surtout, pas si définitive que l’affirme Crary qui fige son objet. L’article a également le mérite de mettre en lumière des débats qui ont eu un impact, en raison de leur diffusion dans des médias populaires, sur la culture victorienne. Toutefois, Crary pêche par un accès d’enthousiasme. Il subordonne les comportements sociaux aux discussions concernant les concepts. Il traite le savoir comme s’il existait indépendamment, sans se retrouver dans un monde matériel. Par conséquent, il ignore la disparité entre les discussions théoriques et les pratiques, problème qui n’est pas imputable aux limites imposées par le format puisque le livre ne va pas plus loin.

Cette posture intellectuelle fait en sorte qu’il parle des dispositifs sans tenir compte des contextes d’utilisation et, encore moins de l’hybridation et de la remédiation, pourtant courantes, entre plusieurs d’entre eux. Par exemple, certains utilisateurs découpent les vues stéréoscopiques pour les mettre dans des albums. Ils les ramènent ainsi à leur statut de photographie, un médium que Crary prend d’ailleurs soin d’ignorer – malgré son importance à l’époque – parce que, comme l’a démontré Geoffrey Batchen (1993), ses spécificités ne collent pas avec sa démonstration. Enfin, il nous semble essentiel de mentionner que l’observateur Crary est, le plus souvent, désincarné et sans identité : sans sexe, sans appartenance culturelle, économique ou sociale.

Texte analysé

Jonathan Crary (1988). « Technique of the Observer », October [En ligne], no. 45, p. 3‑35, consulté le 20 mai 2019. URL : https://doi.org/10.2307/779041.

Bibliographie
GEOFFREY, Batchen (1993). « Enslaved Sovereign, Observed Spectator: on Johnathan Crary, Techniques of the Observer ». Journal of Media & Cultural Studies [En ligne], vol. 6, no 2, p. 80-94, consulté le 22 mai 2019. URL : https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/10304319309359399

CRARY, Jonathan. (1990). Techniques of the Observer: on Vision and Modernity in the Nineteenth Century. Cambridge, Mass. : MIT Press. Coll. « October Book ».

FOUCAULT, Michel (1966). Les mots et les choses. Paris : Gallimard.

FOUCAULT, Michel (1969). L’archéologie du savoir. Paris: Gallimard.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.