Montréal et Québec en 3D

Quelles sont les relations entre les technologies de la tridimensionnalité et l’identité des villes québécoises ? C’est à cette interrogation que ce blogue répondra en suivant l’objet de ma thèse : l’étude des vues stéréoscopiques de Montréal et Québec dans la deuxième moitié du 19e siècle. Les vues stéréoscopiques sont constituées de deux clichés légèrement décalés, placés dans un viseur ou une lunette binoculaire. L’image intangible et tridimensionnelle qui est générée invalide la valeur de témoignage qui est accolée à la photographie. Les représentations sont fortement manipulées pour répondre aux exigences médiales et pour contourner les limites techniques de la photographie au collodion humide. Leur artificialité est également due aux codes esthétiques auxquelles elles répondent. Les points de vue choisis cherchent à créer des vues spectaculaires ou correspondent à des conventions visuelles qui sont en partie héritées des modèles déjà diffusés. C’est le dialogue entre ces images photographiques illusionnistes, façonnées par leur contexte, et l’identité des lieux que nous étudions. Nous cherchons donc à déterminer comment s’articule l’échantillonnage des possibles effectué par les acteurs pour créer des représentations dont le contenu est socialement partagé. Ce blogue amorcera également une synthèse sur les débuts de la photographie au Québec puisque la stéréoscopie apparaît alors que les acteurs de ce milieu se mettent en place.


Une réflexion sur « Montréal et Québec en 3D »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.